QualétiQ Conseil est un cabinet conseil créé en 2006,

spécialisé en réglementation des denrées alimentaires.

 

QualétiQ Conseil recrute !

Nous recherchons un ingénieur conseil en réglementation des denrées alimentaires F/H (début souhaité en mai). Vous effectuerez principalement le suivi des demandes clients et participerez également à la correction/validation des étiquetages (tâches évolutives selon le profil du candidat) ainsi qu’à des activités de veille réglementaire. Vous serez formé à l’expertise réglementaire. 

Le poste à pourvoir est un CDI à temps partiel (80 %) avec une possibilité d’évolution en temps plein. Nous vous proposons une rémunération brut annuelle de 25 à 28 k€ équivalent temps plein.

Nous nous retrouverons une matinée par semaine dans nos locaux à Caen, mais la majeure partie de l'activité est à effectuer en télétravail depuis votre domicile. Pour cela, nous vous fournirons ordinateur fixe, ordinateur portable et imprimante. 

Profil recherché :
 
De formation BAC+5, vous avez de bonnes connaissances en réglementation et/ou en agroalimentaire (des notions en validation d’étiquetages seraient vivement appréciées). 
Une parfaite maîtrise de la langue française tant orale qu’écrite est indispensable à cette fonction. Vous possédez également de bonnes connaissances en anglais (écrit). Des bases linguistiques en allemand seraient appréciées. 
Vous maîtrisez les outils bureautiques (pack office).
Enthousiaste, perfectionniste et rigoureux, vous possédez l’autonomie indispensable au télétravail. Doté d’une bonne capacité d’adaptation, vous faites preuve de disponibilité et d’engagement. 

Nous étudierons tous les niveaux d'expérience et serons très attentives à vos qualités en matière de savoir-être.

Modalités de candidature : 

Transmettez votre CV et votre lettre de motivation à Madame Corinne HOLLEY, gérante, à l'adresse suivante : corinne.holley@club-internet.fr

« N’hésitez pas à mettre en avant, autant que possible, votre adéquation avec les traits de personnalité exprimés dans la partie profil recherché, ainsi que votre envie de rejoindre une entreprise de petite taille et de travailler en télétravail. »

Processus de recrutement : 

1ère étape : réception des candidatures et première sélection sur CV et lettre de motivation.
2ème étape : entretien téléphonique avec les personnes dont la candidature a été retenue.
3ème étape : entretien en présentiel, dans nos locaux de Caen, ou en Visio en fonction de l’évolution du contexte actuel.

INCO : l'indication de l'origine de l'ingrédient primaire

Au 1er avril 2020, le règlement d'exécution (UE) 2018/775 sera d'application obligatoire.

Ce règlement précise les modalités d'application de l'article 26 du règlement (UE) n°1169/2011 (règlement INCO) en ce qui concerne l'indication de l'origine de l'ingrédient primaire lorsque l'origine ou le lieu de provenance de la denrée alimentaire est mis en évidence dans l'étiquetage.

Selon le point 2 a) de cet article 26 :

"2. L’indication du pays d’origine ou du lieu de provenance est obligatoire :

a) dans les cas où son omission serait susceptible d’induire en erreur les consommateurs sur le pays d’origine ou le lieu de provenance réel de la denrée alimentaire, en particulier si les informations jointes à la denrée ou l’étiquette dans son ensemble peuvent laisser penser que la denrée a un pays d’origine ou un lieu de provenance différent".

Ainsi, lorsque le pays d'origine ou le lieu de provenance d'une denrée alimentaire est mis en évidence dans l'étiquetage, le pays d’origine ou le lieu de provenance de son  ingrédient primaire doit également être précisé, s'il est différent.

Selon le règlement (UE) 2018/775, l'indication se fait : 

  • soit par une référence à la zone géographique : «  UE » , « non-UE » ou « UE et non-UE » ; ou, selon les cas, par : une région s’étendant dans plusieurs Etats membres ou pays tiers, une zone de pêche FAO, un ou des Etats membres ou pays tiers, une région comprise dans un Etat membre ou pays tiers, un pays d’origine ou un lieu de provenance répondant à des dispositions particulières ;
  • soit en substituant cette référence par une déclaration, rédigée selon le modèle suivant : "La/Le/Les (dénomination de l'ingrédient primaire) ne provient/proviennent pas d[…] (pays d'origine ou lieu de provenance de la denrée alimentaire)".

Elle doit en outre figurer dans le même champ visuel que l'indication du pays d'origine ou du lieu de provenance de la denrée alimentaire, et dans un corps de caractère tel que la hauteur de x soit au moins égale à 75 % de celle utilisée pour ladite indication.

Enfin, il existe des exceptions à l'obligation d'indication de l'origine de l'ingrédient primaire. Il s'agit par exemple des cas dans lesquels des termes géographiques sont compris dans les dénominations usuelles et génériques qui se rapportent littéralement à une origine, mais qui ne sont pas communément compris comme une indication d'origine ou un lieu de provenance (la moutarde de Dijon par exemple). Les indications géographiques protégées et les marques enregistrées faisant référence à une indication d'origine sont également exclues du champ d'application du règlement (UE) 2018/775.

QualétiQ Conseil peut vous accompagner pour la mise en conformité de vos étiquettes, soit dans le cadre d'une prestation de validation d'étiquetage, soit dans le cadre d'un compte-conseil !

 

Nutri-score : nouvelles modalités de calcul

L'arrêté du 30 août 2019, publié au JORF du 5 septembre 2019, a modifié l'arrêté du 31 octobre 2017 fixant la forme de présentation complémentaire à la déclaration nutritionnelle recommandée par l'Etat, dit "arrêté Nutri-score".

Le calcul de la composante dite "positive" P du score nutritionnel est modifié afin de tenir compte de la teneur en huiles de colza, de noix et d'olive.

Cette modification vient rectifier une contradiction des nouvelles recommandations nutritionnelles. En effet, celles-ci préconisent, d'une part, de privilégier les huiles de colza, de noix et d'olive et d'autre part, de limiter les produits avec des Nutri-scores D et E. Or, les huiles d'olive et de noix étaient classées D ! L'huile de colza était déjà classée C.

Ainsi, la composante P est désormais calculée en tenant compte de la teneur en protéines, en fibres, et du pourcentage total de fruits, légumes, légumineuses, fruits à coque et huiles de colza, de noix et d'olive.

 

 

Interdiction du E 171 au 1er janvier 2020

L'arrêté du 17 avril 2019*  interdit la mise sur le marché des denrées alimentaires contenant l’additif E 171 (dioxyde de titane - TiO2) à compter du 1er janvier 2020.

Cette mesure était prévue dans la loi n°2018-938 du 30 octobre 2018 issue des Etats généraux de l'Alimentation.

L'interdiction est prise par mesure de précaution, suite à la publication d'un avis de l'Anses, et ne concerne que les denrées alimentaires mises sur le marché national.

* Arrêté publié au JORF du 25 avril 2019.

×