QualétiQ Conseil est un cabinet conseil créé en 2006,

spécialisé en réglementation des denrées alimentaires.

 

Pays d'origine et lieu de provenance de l'ingrédient primaire

Le règlement (UE) n°2018/775 précise les modalités d'application de l'article 26 du règlement INCO, lequel énonce les règles générales et les obligations relatives à l'indication du pays d'origine ou du lieu de provenance des denrées alimentaires préemballées.

Par application de ce règlement, lorsque l'étiquetage d'une denrée alimentaire mentionne un pays d'origine ou un lieu de provenance (termes, représentation graphique, symbole, indication faisant référence à un lieu ou à une zone géographique), et que celui-ci diffère de celui de son ingrédient primaire, alors le pays d'origine ou le lieu de provenance de l'ingrédient primaire devra également être indiqué, de la façon suivante :

  • soit par une référence à la zone géographique : «  UE » , « non-UE » ou « UE et non-UE » ; ou, selon les cas, par : une région s’étendant dans plusieurs Etats membres ou pays tiers, une zone de pêche FAO, un ou des Etats membres ou pays tiers, une région comprise dans un Etats membre ou pays tiers, un pays d’origine ou un lieu de provenance répondant à des dispositions particulières ;
  • soit en substituant cette référence par une déclaration, rédigée selon le modèle suivant : "La/Le/Les (dénomination de l'ingrédient primaire) ne provient/proviennent pas d[…] (pays d'origine ou lieu de provenance de la denrée alimentaire)".

L’indication de l’origine de l’ingrédient primaire devra figurer dans le même champ visuel que celle de la denrée alimentaire, dans un corps de caractère tel que la hauteur de x soit au moins égale à 75 % de celle utilisée pour le pays d'origine/lieu de provenance de la denrée.

Ces dispositions sont applicables à partir du 1er avril 2020.

Etiquetage des denrées aromatisées : la position de la DGCCRF

La DGCCRF a établi, fin 2017, de nouvelles recommandations en matière d’étiquetage des denrées aromatisées, afin de rendre les pratiques plus homogènes et respecteuses de la réglementation.

La nouvelle doctrine de la DGCCRF précise alors les dénominations et mentions complémentaires à faire figurer dans les cas où une représentation graphique d’un aromate (photo ou dessin) est présente sur l’étiquetage des denrées alimentaires préemballées.

Les quatre cas possibles sont illustrés par les exemples ci-dessous.

Plus d'informations sur le site de la DGCCRF.

Dgccrf aromes

Offre d'emploi [recrutement terminé]

URGENT !

Dans le cadre d’un congé maternité, nous recherchons un ingénieur-conseil.

Vous effectuerez principalement le suivi des demandes clients et vous participerez à la correction/validation des étiquetages (tâches évolutives selon le profil du candidat).

Vous rejoindrez une équipe de 4 consultants.

Le poste à pourvoir est un CDD de 5 mois à temps plein, avec début souhaité début septembre, basé à Caen (14000) avec la majeure partie de l'activité à effectuer à distance depuis son domicile (télétravail).

Profil du candidat :
De formation BAC+5, vous avez de bonnes connaissances dans la validation d’étiquetages. Des compétences dans l’un ou plusieurs des domaines suivants sont requises : denrées alimentaires, petfoods, cosmétiques et préparations contenant des substances dangereuses (règlement CLP).

Enthousiaste, perfectionniste et rigoureux, vous êtes autonome (la plus grande partie de l'activité s'effectue à domicile) et doté d’une bonne capacité d’adaptation. Maîtrisant parfaitement la langue française tant orale qu’écrite (et le pack Office), vous possédez de bonnes connaissances en anglais (écrit). Des bases linguistiques en allemand seraient appréciées.

Modalités de candidature :

Merci d'adresser CV et lettre de motivation à l'adresse suivante :
corinne.holley@club-internet.fr

 

Acrylamide : renforcement des mesures

Le règlement (UE) 2017/2158 de la Commission du 20 novembre 2017 établit des mesures d'atténuation et des teneurs de référence pour la réduction de la présence d'acrylamide dans les denrées alimentaires.

A compter du 11 avril 2018, les exploitants du secteur alimentaire qui mettent sur le marché les produits listés ci-dessous devront mettre en oeuvre des mesures d'atténuation de la présence d'acrylamide dans les produits. Pour évaluer l'efficacité de ces mesures, des teneurs de référence sont fixées.

Les produits concernés sont : a) frites, autres produits (frits par immersion dans l'huile) coupés et chips en tranches à base de pommes de terre fraîches ; b) chips, snacks, crackers et autres produits de pommes de terre à base de pâte de pommes de terre ; c) pain ; d) céréales pour petit-déjeuner (à l'exception du porridge) ; e) produits de boulangerie fine: cookies, biscuits, biscottes, barres de céréales, scones, cornets, gaufrettes, pain d'épices, petites crêpes épaisses, ainsi que crackers, pains croustillants et produits de substitution du pain. Dans cette catégorie, un cracker est un biscuit sec (un produit cuit à base de farine de céréales) ; f) café : café torréfié; café instantané (soluble) ; g) succédanés de café ; h) denrées alimentaires pour bébés et préparations à base de céréales destinées aux nourrissons et aux enfants en bas âge.

×