additif alimentaire

[nano] Le dioxyde de titane sous surveillance

Le dioxyde de titane est un additif alimentaire, E 171, largement utilisé en tant que colorant dans différentes catégories d‘aliments (confiseries, desserts et crèmes glacés, produits de boulangerie et pâtisserie, biscuits, gâteaux, etc.).

Dans le dispositif national de déclaration annuelle des substances à l’état nanoparticulaire (R-nano), cet additif fait partie des ingrédients déclarés comme nanomatériaux. En effet, la taille des particules de dioxyde de titane (TiO2) peuvent varier de quelques dizaines à plusieurs centaines de nanomètres sous une forme dispersée, agrégée ou agglomérée, avec un pourcentage de particules considérées comme nanoparticulaires (dont les 3 dimensions sont inférieures ou égales à 100 nm) variant de 0 à 39 % en nombre et de 0 à 3,2 % en masse.

Récemment, en janvier 2017, une expérimentation animale de l’INRA a mis en évidence la formation de lésions colorectales précancéreuses chez le rat, associée à une exposition chronique au E 171.

L’ANSES a alors été saisie pour analyser cette étude et évaluer son extrapolation à l’homme. Selon l’Agence sanitaire, il n’y a pas lieu de remettre en cause l’évaluation du E 171 menée par l’EFSA dans le cadre de ses évaluations des additifs alimentaires. Les nouvelles publications disponibles seront prises en compte lors de la réévaluation de cet additif.